2020 avril

Illusion, utopie et espérance – Jean-Pierre Winter

« Il n’y a pas de science de l’homme, ce qu’il nous faut entendre au même ton qu’il n’y a pas de petites économies. Il n’y a pas de science de l’homme, parce que l’homme de la science n’existe pas, mais seulement son sujet. » Lacan

Déjà Sophocle, écrivant Œdipe, avait construit sa tragédie comme une méditation sur l’épidémie de la peste. Seul le dévoilement de la vérité sur l’assassinat du roi Laïos pourrait sauver la ville de Thèbes. Sophocle conçoit donc qu’une série de mensonges, de crimes et de transgressions, sus ou insus, ont précédé la catastrophe. Sortir de la peste se paye du prix douloureux d’une reconnaissance publique des turpitudes qui l’ont rendue possible. L’enjeu du jour d’après est donc celui de la Vérité. Que son dévoilement aboutisse à ce que Créon succède à Œdipe n’est pas fait pour nous rassurer.

(suite…)

Mouvement du Coût freudien est une association loi 1901 | Tous droits réservés | http://www.mouvement-cout-freudien.com