Annonces

Séminaire « Hannah Arendt versus Freud sur la question de la Responsabilité » par Jean-Pierre Winter

jean-pierre-winter-arendt-freud

Journées de Septembre 2016

Nos Journées de Septembre se dérouleront le samedi 10 et dimanche 11 septembre au Hameau de l’Etoile, près de Montpellier. Nous sommes attendus dès le vendredi soir au Hameau.

Pour les parisiens, un train est au départ de la gare de Lyon à 15h 15 qui arrive à Montpellier à 18h 35, un co-voiturage sera organisé par les montpelliérains pour aller au Hameau.

Au retour , il y a un train à 16h 23 à Montpellier qui arrive à Paris à 19h 53.

Nos journées s’intéresseront  à la haine qui traverse le champ social dont le signifiant phobie est le symptôme; nous interrogerons comment cela affecte les subjectivités.

Une intervention de Serge Vallon est prévue. (Voir argument ci-desous)

Un déroulement plus précis des Journées sera donné ultérieurement.

S’inscrire dès maintenant auprès d’Hélène Terdjman, nouvellement secrétaire du MCF : à helene.terdjman38@gmail.com, ou au 01 46 34 55 86, ou 06 15 42 93 79

Adresse postale du MCF : 18 allée de Fontainebleau – 75019 – Paris –

 

Argument 

Mon travail sur la phobie –peur de la peur- a voulu délimiter et valoriser une névrose phobique*.

Au delà des difficultés historiques de son dégagement – de Freud à Lacan – cette structure est consistante. J’en rappellerai les traits essentiels (l’espace, le fantasme princeps, etc) et l’importation du concept de trajectivité.

Cela n’exclut pas un devenir névrotique vers l’hystérie ou la névrose de contrainte ni une décompensation hypothétique vers la perversion ou la psychose, à discuter car rarement rencontrée dans la clinique.

Le symptôme phobique plus labile et transitoire est aujourd’hui idéologisé et dégradé en peur simple : cf le syntagme judéophobie ou islamophobie voire phobie administrative chez un ministre ! Par un retournement que connaît la langue et la société -qui reste à interpréter, comme méta-nationalisme ? – il escamote l’angoisse et signifie désormais l’hostilité et non plus la peur de l’inconnu.

Il nous reste à comprendre l’effondrement de la subjectivation – que maintient au contraire coûteusement le phobique dans son habitus névrotique – dans des processus de haine de soi et de l’Autre.

Retour au Freud de l’Esquisse, nous avions soutenu naguère que « le sujet naît dans le giron de la haine ».

Est-ce analysable ?

Serge Vallon, juillet 2016.

* L’Espace et la phobie Eres 1996

Journées de Septembre 2015

Cette année les journées de septembre du Mouvement du Coût Freudien se dérouleront les 19 et 20 septembre au Hameau de l’Etoile. www.hameaudeletoile.com

Le corps sera le fil conducteur de nos échanges qui commenceront le samedi matin à 10 heures et se termineront le dimanche midi.

PROGRAMME DES JOURNEES DU MCF 2015
http://mouvement-cout-freudien.fr

Samedi matin
Devant l’abondance et l’intérêt croissant pour les thérapies psycho-corporelles, nous proposons de réfléchir à la part faite ou laissée au corps dans le dispositif analytique : corps sexué, corps érogène, réel du corps, corps parlé, épistémo-somatique, le thème de l’amour n’en étant qu’un des paradigmes. Cela pourrait être articulé à la question du corps du sujet enfant dans la GPA. Entre don d’un enfant et location d’un ventre, l’écart est majeur pour l’enfant. Il nous semble que ce thème pourrait aisément être illustré par la clinique, par la façon dont nos patients nous en parlent.
Nous pouvons consulter un texte de Leclaire sur la façon dont la mère érogénéïse le corps de l’enfant in  » Psychanalyser » et le travail de Françoise Dolto sur le corps érogène et l’image inconsciente du corps qui posent, aussi, la question de l’amour.
Ces réflexions et questions seront introduites par Marie-Laure Roman.

Samedi après-midi
Jérome Alric interviendra sur le thème : « rester vivant avec la maladie. » Jérome Alric a participé à un collectif sur ce thème. L’édition de ces travaux vient d’être publiée.

Dimanche matin
Jean-Pierre Winter nous parlera du « mystère du corps parlant ».
(cf «Encore » Lacan, séminaire 20)

Bien sûr, toute autre proposition relative à ce thème sera la bienvenue.

Pour les journées des 21 et 22 Mars 2015

Les journées devraient être introduites par une réflexion de Jean-Pierre Winter autour des derniers évènements de Janvier à Paris. Moufid Assabgui soulèvera la question : peut-on parler d’un islamo-fascisme ?

Ensuite nous poursuivrons avec les deux axes de travail, annoncés par courrier, en relation avec la question poursuivie cette année : « Avec quoi analyse-ton aujourd’hui ? »

1 – L’étude du texte de Freud « Sur une Weltanschauung ». Nous avons souvent fait référence à ce texte au cours de nos précédentes rencontres mais sans nous pencher sur le texte même. (Occasion de relire l’exposé de Jacques Ascher aux journées de Septembre 2013 sur le site du MCF à la rubrique « journées du MCF »)

2 –Les nouvelles manières d’accéder et d’exercer ce que l’on appelle actuellement la « parentalité » (PMA, GPA, « mariage pour tous » mais aussi gardes alternées etc.)

Sur ce point Marie Laure Roman apportera une vignette clinique succincte d’une petite fille de 5 ans qui conteste vivement son sexe féminin, pour poser cette question : quelle est la part dans notre réflexion et notre pratique de ce débat qui traverse notre culture actuelle autour du sexuel avec d’un côté une vision séparatiste des sexes comme le propose l’Islam et de l’autre côté la théorie du genre qui dénie le réel du sexuel ?

Pour vous préparer à ces journées, il vous est conseillé de lire :
– L’article de Jean Pierre Lebrun (transmis par J.Ascher) : « Notre démocratie est malade ». (En PJ)
– « Les couleurs de l’inceste, Se déprendre du maternel » de Jean Pierre Lebrun – édition. Denoël
– L’article d’Hélène Bonnaud, « Le désir d’enfant plus fort que la loi, une famille pour tous ». (En PJ)
– Le texte de Freud « Sur une weltanschauung » dans « Les nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse »

Toutes propositions d’intervention sur ces deux thèmes ou pourquoi pas sur d’autres thèmes seront les bienvenues. Elles devront être adressées à Thérèse Ferragut 15 jours avant les journées.

Une famille pour tous LQ 414-2

Notre du00E9mocratie est malade-1

Programme des journées des 13 et 14 Septembre 2014

 

 

 

Deux axes de travail seront à l’ordre de ces journées en relation avec la question que nous avons poursuivie cette année : « Avec quoi analyse-t-on aujourd’hui ? »

– L’étude du texte de Freud « Sur une Weltanschauung » dans « Les nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse ». Nous avons souvent fait référence à ce texte au cours de nos précédentes rencontres mais sans nous pencher sur le texte même.

-Les nouvelles manières d’accéder et d’exercer ce que l’on appelle actuellement  la « parentalité » (PMA, GPA, « mariage pour tous »mais aussi gardes alternées etc.) ont-elles des effets repérables (et lesquels ?) pour les psychanalystes dans les cures des enfants (ou des parents) ?

Pour ce second axe de travail, il vous est conseillé de lire:

– L’article de Hélène Bonnaud, Lacan quotidien n°414 « le désir d’enfant plus fort que la loi, une famille pour tous ».

– « Les couleurs de l’inceste » de Jean Pierre Lebrun.

Toutes propositions d’intervention sur ces deux thèmes ou pourquoi pas sur d’autres thèmes seront les bienvenues. Mais elles devront être adressées à Thérèse Ferragut   15 jours avant les journées.

 

 

 

 

 

Moustapha Safouan à Montpellier


Le Mouvement du coût freudien

Les  Cartels constituants de l’analyse freudienne

L’Insu

Vous invitent à participer à une journée de travail avec

Moustapha Safouan

autour de son livre

LA PSYCHANALYSE, science, thérapeutique – et cause (Editions Thierry Marchaisse)

Le 7 juin 2014

Enclos Saint François — 14, Ave de Castelnau — Montpellier

 

L’originalité du livre se révèle dans sa construction même. M. Safouan nous raconte une histoire, celle de son chemin singulier dans la psychanalyse nouée à celle de l’histoire du mouvement analytique.

Mais cette histoire, telle qu’il nous la raconte, n’est pas faite pour endormir les psychanalystes d’aujourd’hui. Son propos, bien au contraire, soutient de multiples manières les paradoxes qui sont peut-être constitutifs de la psychanalyse. Le titre du livre en témoigne : la psychanalyse est-elle une science ? Une thérapie ? De quelle cause s’agit-il donc ?

Dialoguer demande à ce qu’on ne soit pas trop nombreux. Aussi, nous vous proposons le déroulement suivant :

La matinée du  samedi   (de 10 à 12 heures) sera réservée au dialogue entre M. Safouan et des personnes qui ont travaillé le livre à plusieurs. (5 groupes au plus, trois sont déjà constitués). Les groupes s’inscriront auprès de Michèle Skierkowski.

L’après-midi (de 14h30 à 16h30) Jean Pierre Winter ouvrira la discussion. Chacun(e) y participera au titre de sa lecture. Le nombre de participants sera limité à 50.

Sur inscription uniquement  auprès de Jean-Louis Pradeilles.

Participation 15 euros par demi-journée.

♦ Interview de Moustapha Safouan par Françoise Petitot pour le Prix Oedipe 2014 www.oedipe.org

Le 14 Mars 2014: Rencontre avec Serge Lesourd

Le Mouvement du Coût freudien

poursuit son travail débuté l’année dernière à partir de la lecture du texte de Nathalie Zaltzman « Qui est le barbare? » in La psyché anarchiste (PUF 2011) et du livre de PH Castel La fin des coupables (éd. Ithaque) avec un travail sur les textes de Freud Malaise dans la culture et « Sur une Weltangschauung » in Nouvelles conférences sur la psychanalyse afin de mener une réflexion autour du thème:

« Avec quoi analyse-t-on aujourd’hui? »

Dans le cadre de ce travail, après Jean- Pierre Lebrun, nous invitons:
Serge Lesourd
qui fait cette année son séminaire à Nice autour de l’actualité de l’Œdipe.

Serge Lesourd interviendra

le vendredi 14 mars à 21h

dans les locaux de l’association Jean Cotxet, le SAPPEJ
(Service d’Activités Psychopédagogiques et Educatives de Jour)

75 rue de Clichy ,Paris 9°
(à ne pas confondre avec l’avenue ou le boulevard) .
Métro Place Clichy, bus 30, 54, 68, 74, 80, 95.

Participation aux frais de 10 euros pour les non membres du MCF
Inscriptions et renseignements auprès de Thérèse Ferragut 06 60 46 98 54
thferragut@hotmail.com

Lina Balestrière

Nous venons d’apprendre avec beaucoup de tristesse le décès de Lina Balestrière avec qui certains d’entre nous avaient beaucoup travaillé. Elle était notamment l’auteur du livre « Freud et La question des origines » et l’un des 4 auteurs, avec Jacqueline Godfrind, Jean-Pierre Lebrun, et Pierre Malengreau de « Ce qui est opérant dans la cure » , premier prix oedipe des libraires.
Nous joignons à cette annonce le petit texte écrit par un de ses amis et collègues belges, Henri de Caevel :

In memoriam Lina Balestriere.

La psychanalyste belge Lina Balestriere est décédée ce 17 janvier, de manière brutale, d’une complication aigüe et imprévue du traitement de ce qu’il est convenu d’appeler « une longue et pénible maladie ».
Elle soutenait des positions cliniques nettes, étayées de réflexions novatrices à propos du transfert notamment. La profondeur de ses recherches, très freudiennes, sur les émotions et ressentis archaïques dans la formation du sujet humain faisait d’elle un personnage clé de l’Ecole Belge de Psychanalyse. Et elle en devint la première femme présidente en 2008.

Elle se fit connaître dans le monde des psychanalystes francophones par sa participation remarquée à deux recueils publiés :

  ♦ « Ce qui est opérant dans la cure », avec J.Godfrind, Jean-Pierre Lebrun et P.Malengrau. Edition érés 2009. Prix Œdipe des Libraires.
  ♦ « Au plus près des psychoses » érés 2009.

Elle publia aussi « Freud et la question des origines » Ed Deboek en 2008, œuvre dans laquelle se décline les grandes orientations de sa pensée de clinicienne et de théoricienne des relations précoces mère/enfant.

C’est donc une excellente psychanalyste qui vient de nous quitter, une femme à la pensée rigoureuse et audacieuse. Mais aussi un être humain chaleureux, une femme accueillante et sincère, une mère de famille remarquable, une collègue, une amie.

7 février 2014 : Rencontre avec Jean-Pierre Lebrun

Le Mouvement du Coût Freudien poursuit son travail débuté l’année dernière à partir de la lecture du texte de Nathalie Zaltzman « Qui est le barbare ? » in La psyché anarchiste (PUF 2011) et du livre de PH Castel La fin des coupables (éd. Ithaque) avec un travail sur les textes de Freud Malaise dans la culture et « Sur une Weltangschauung » in Nouvelles conférences sur la psychanalyse afin de mener une réflexion autour du  thème « Avec quoi analyse-t-on aujourd’hui ? » (en référence également au texte d’O. Grignon « Avec quoi analyse-t-on ? »).

Dans le cadre de ce travail, nous avons invité Jean-Pierre Lebrun (dernière parution Les couleurs de l’inceste, comment se déprendre du maternel ? Ed. Denoël) et Serge Lesourd qui fait cette année son séminaire à Nice autour de l’actualité de l’Œdipe.

♦ Jean-Pierre Lebrun interviendra le vendredi 7 février à 21 h dans les locaux du Cercle Freudien : 10, passage Montbrun 75014 Paris (M° Alésia, entrée principale sous le porche).
♦ Serge Lesourd interviendra le 14 mars prochain, à la veille de nos journées, dont le lieu n’est pas encore fixé.
Participation aux frais de salle : 10 € pour les non-membres du MCF.

 

Séminaire du Point de Capiton et de l’Inter-Associatif Européen de Psychanalyse
« Du Politique pour la psychanalyse »

Accueil : Samedi 7 décembre 2013 à 8h30

L’accueil aura lieu dans la Salle des Tamaris, à côté de la salle de Spectacle.

Introduction : De 9h15 à 9h30

Joëlle Fatticcioni « Le Point de Capiton »

Ce séminaire se déroulera en trois temps:

Premier temps : Samedi 7 décembre 2013 de 9h30 à 12h30

Il sera consacré à des exposés de fragments d’analyses, à des moments cliniques où il s’agirait de souligner la question de l’éthique de la psychanalyse.
La psychanalyse, comme une politique en actes permettant une liberté d’expression, est subversive parce que subjectivante.
L’éthique de la psychanalyse pourrait constituer à elle seule l’orientation politique du propos
analytique.

♦ Pierre Kammerer « Lettre à Michel Onfray, la Psychanalyse dans son siècle »

♦ JJ Moscovitz « Comment la psychanalyse dit le politique au delà de la plainte »

♦ Barbara Didier « L’éthique de la psychanalyse: une pratique de la légèreté Ne plus tenir, y tenir, tenir. »

Modératrice : Simone Molina
Discutante : Michèle Jung

Deuxième temps : Samedi 7 décembre 2013 de 14h30 à 18h

Il sera question de « la psychanalyse dans la cité ».
Comment les lieux de soins et d’éducation soutiennent-ils la psychanalyse en y référant leurs pratiques, leurs cliniques ?
Aujourd’hui, les « nouveaux » diagnostics, les traitements médicamenteux et psychothérapeutiques, et en France le « Plan autisme », vont à l’encontre d’une reconnaissance de la souffrance psychique et de la notion de subjectivation, ou bien tout simplement contribuent à son effacement. Ils démontrent comment l’Imaginaire prend le pas sur le Symbolique dans nos sociétés où il s’agit de faire disparaître le symptôme en guise de guérison et de faire taire le sujet dans le même mouvement.
La psychanalyse y est attaquée de manière insidieuse depuis des années, et de manière beaucoup plus explicite ces derniers mois en France particulièrement. Qu’en est-il ailleurs ?

♦ Jean Pierre Van Eeckhout souhaite nous parler des lieux de rencontres, telles les maisons Vertes, en Flandres ( Begique).

♦ Jean Cooren « De crise en crise, une écriture autre »

♦ Franck Chaumon « Au bord du politique, l’autisme »

Modératrice : Simone Molina
Discutants : Analisa Zachetti, Pierre Kammerer, Pierre Smet.

Troisième temps : Dimanche 8 décembre de 9h à 12h30

Accueil : De 9h à 9h30

De 9h30 à 11h30

La première partie de la matinée sera consacrée au politique dans nos associations, le Politique qui s’entend comme le « vivre ensemble ».
De quelle place les psychanalystes s’adressent-ils les uns aux autres ?

♦ Albert Maitre « Incidences du politique sur la transmission de la psychanalyse »

♦ Franco Quesito « L’analisi, il legame sociale tra analisti e la società del disagio ». « L’analyse, le lien social entre les analystes et la société du malaise »

♦ Giovani Sias « L’affaire psychanalytique »

Modérateur : Hélène Geraci
Discutante : Lucia Ibanez Marquez

Conclusion : De 11h30 à 12h30

♦ Simone Molina : « Pour ouvrir »

La conclusion de ce séminaire se voudrait être un dialogue entre ces 3 thématiques. En effet, elles nous semblent interdépendantes, susceptibles de se soutenir les unes les autres. Il s’agira dans cette conclusion d’ouvrir des pistes de réflexion.

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

Le Point de Capiton est, depuis son origine en 1989, dans un dialogue permanent avec les arts.
Aussi des ponctuations poétiques par Tolten auront lieu au cours de ces journées, et le samedi 7 décembre à 19h, nous assisterons à une pièce donnée par le « Théâtre de l’Autre Scène » : « Récits de Femmes » de Dario Fo et Franca Rame, mis en scène par Pascal Joumet.

Salle des Tamaris : Une table Librairie tenue par « La Mémoire du Monde » et par « Champs Social » accueillera les ouvrages des intervenants et d’autres ouvrages sur le thème de ces journées.

Séminaire du Point de Capiton et de l’Inter-Associatif Européen de Psychanalyse
Les 7 et 8 décembre 2013
Centre Hospitalier de Montfavet (Avignon)
2 Avenue de la Pinède, 84140 Montfavet / 04 90 03 90 00

Les journées du Mouvement du Coût Freudien – Septembre 2013

Les journées du Mouvement du Coût Freudien commenceront le samedi 14 Septembre à 10 heures au Hameau de l’Etoile à Saint-Martin de Londres et se termineront le dimanche à midi.

Cette année les exposés et les discussions s’appuieront sur le texte de Freud « La psychanalyse n’est pas une conception du monde » et dans le fil de notre lecture du texte de N.Zaltzman « Qui est le barbare » ( in « Psyché anarchiste », puf) nous travaillerons également le texte freudien « Malaise dans la civilisation » aux fins de discuter l’analyse et la critique qu’en donne P.H.Castel dans son livre « La fin des coupables »(Ed Ithaque, cf. le chapitre 2, plus particulièrement la 4eme partie, et les pages 317 à 329 du chapitre 5).

Jacques Ascher reprendra son intervention de mars à Paris sur la question de la « Weltanschaung » et parlera de la religion médicale post-moderne, de ses effets du berceau à la crémation en reprenant la question du « Wunsch » matricide.

Mireille Bringuier nous parlera en s’appuyant sur son expérience dans un service de néphrologie.

Eric Vigouroux dessinera les contours d’une posture clinique permettant éventuellement de faire rempart aux effets mortifères de l’annonce faite à un sujet atteint par le cancer.

Si vous souhaitez participer à ces journées il est indispensable de vous inscrire dès maintenant pour ceux qui ne l’ont pas déjà fait et cela avant le 9 septembre.
Merci d’envoyer un mail à contact@hameaudeletoile.com avec comme objet « inscription aux journées du Coût Freudien » en mettant thferragut@hotmail.com en copie.
Le tarif que vous acquitterez à l’accueil est de 36 euros pour la journée de samedi (pause et déjeuner inclus), 72 euros pour les 2 jours et 92 euros avec le dîner du samedi. Une participation à la location de la salle sera demandée aux non-membres du MCF.

Nous serons d’autre part un certain nombre à nous retrouver dès le vendredi après-midi heure à 14h30 à l’Hôtel Métropole, rue du Clos René à Montpellier, pour la rencontre avec les CCAF et l’Insu autour des questions d’actualité pour la psychanalyse.

Pour ceux qui viennent de Paris ou d’ailleurs et qui souhaitent dormir au Hameau sans être encore inscrits, ils doivent prévenir de leur arrivée pour répartir les places dans les voitures. Nous détermineront un lieu de rendez-vous pour ceux qui ne seront pas à l’hôtel Métropole l’après-midi. Nous quitterons Montpellier vers 18 heures.

Thérèse Ferragut – thferragut@hotmail.com
Secrétaire du MCF
06 60 46 98 54
Domaine le Hameau de l’Etoile – contact@hameaudeletoile.com
Route de Frouzet
34380 Saint Martin de Londres
France
04 67 55 75 73

Rencontre autour de « La Note Bleue » d’Alain Didier Weill

Des membres du MCF ont été invités à participer à une rencontre autour de « La Note Bleue » d’Alain Didier Weill.
Venez nombreux assister à l’évènement qui aura lieu à Paris, au New Morning les 8 et 9 Juin 2013.

Programme : INSISTANCE au NEW MORNING
Affiche : INSISTANCE au NEW MORNING
Samedi 8 juin de 10h00 à 14h00
Dimanche 9 juin de 10h00 à 13h00 & un concert de 14h00 à 19h30.
Au NEW MORNING : 7-9, rue des petites écuries 75 010 Paris.
40€ le samedi, 80€ le dimanche & 120€ les deux jours.
Etudiants : 20€ le samedi, 40€ le dimanche & 50€ les deux jours.
Chèques à l’ordre d’Insistance : 7 rue de l’Espérance 75013 Paris.

Rencontre autour du livre « La voix sur le divan » de Jean Michel Vives

La pulsion invocante n’est-elle pas au cœur de la cure analytique ? Comme l’écrivain se sert de sa plume, l’analyste et l’analysant n’ont-ils pas comme seul instrument leurs voix ?
Et cependant, depuis l’introduction par Lacan de la voix comme objet « a », très peu d’analystes se sont penchés sur la question de la voix.

Dans cet ouvrage, Jean Michel Vives nous invite à un vaste parcours pour comprendre la fonction de la voix assurant les bases de la structure du sujet, entre parole et chant, entre sens et non sens, entre jouissance et loi. A ce propos, Jean Michel Vives avance un point de vue original : il fait dépendre le pouvoir structurant de la voix moins de l’Autre maternel que du Père primitif, liant voix et festin dans « Totem et tabou ».

Ce parcours est magistralement illustré par l’histoire ou l’évolution du genre opéra depuis la voix « perdue » des castrats dans la musique sacrée jusqu’à l’opéra contemporain et l’écoute de la musique techno chez l’adolescent. La voix de la Diva au paroxysme de l’aigu, à la limite du cri où se perd le sens des mots, est l’un des temps forts de ce livre où Jean Michel Vives explore la question du féminin qu’il articule entre pulsion scopique et pulsion invocante.

En somme, Jean Michel Vives, psychanalyste et ayant eu une expérience du travail vocal et de la mise en scène des voix, nous invite à une réflexion analytique peu ordinaire où la voix tendue entre loi et jouissance peut, en les dissociant, faire entendre la voix édictant la loi du surmoi dans la névrose et dans la psychose, la « voix-toute » sans altérité ni vocalité se retournant en bribes verbales dans l’hallucination.

Jean Miche Vives viendra à l’enclos Saint François de Montpellier l’après midi du samedi 22 juin 2013 de 14h30 à 17h30 pour un débat autour de son livre paru en mars 2012 aux éditions Aubier/psychanalyse.
Participation aux frais : 10 euros

MERCREDI 27 FEVRIER au CERCLE FREUDIEN: JEAN-PIERRE WINTER

Chers amis,

Le prochain mercredi du Cercle freudien aura lieu le 27 février 2013.

Le Cercle freudien a le plaisir d’accueillir Jean-Pierre WINTER , à propos du livre qu’il vient de publier aux éditions Albin Michel (2012)

Transmettre…ou pas

« Comment faire passer un héritage dont l’essentiel nous échappe? », écrit J.P. Winter. Comment se pose cette question de l’héritage dans la formation du psychanalyste et dans la transmission de la psychanalyse?

Lecteurs: Jacques Aubry, Daniel Weiss

Cordialement, pour le CA,
la secrétaire, H. Michaud

Mouvement du Coût freudien est une association loi 1901 | Tous droits réservés | http://www.mouvement-cout-freudien.com