Mouvement du Coût Freudien

Illusion, utopie et espérance – Jean-Pierre Winter

« Il n’y a pas de science de l’homme, ce qu’il nous faut entendre au même ton qu’il n’y a pas de petites économies. Il n’y a pas de science de l’homme, parce que l’homme de la science n’existe pas, mais seulement son sujet. » Lacan

Déjà Sophocle, écrivant Œdipe, avait construit sa tragédie comme une méditation sur l’épidémie de la peste. Seul le dévoilement de la vérité sur l’assassinat du roi Laïos pourrait sauver la ville de Thèbes. Sophocle conçoit donc qu’une série de mensonges, de crimes et de transgressions, sus ou insus, ont précédé la catastrophe. Sortir de la peste se paye du prix douloureux d’une reconnaissance publique des turpitudes qui l’ont rendue possible. L’enjeu du jour d’après est donc celui de la Vérité. Que son dévoilement aboutisse à ce que Créon succède à Œdipe n’est pas fait pour nous rassurer.

(suite…)

Haine et Haine + 1 de la langue

De quelque(s) réflexion(s) autour du livre de Hélène L’Heuillet : Tu haïras ton prochain comme toi-même. Ed Albin-Michel. 2017, permises par les psychanalystes du « collectif éphémère » : (Moufid Assabgui – Montpellier, Peter Lemesic – Montpellier, Anne Minthe – Paris, Françoise Petitot – Paris, Jean-Louis Pradeilles – Montpellier, Marie-Laure Roman – Montpellier, Pierre Smet – Bruxelles, Michèle Skierkowski – Montpellier, Serge Vallon – Toulouse et moi-même : Eric Vigouroux – Montpellier), le 31/03/2018, pour une seconde journée de débats publics autour de la question du terrorisme islamiste.

« Dans un monde réellement renversé, le vrai est un moment du faux »
Guy Debord – La société du spectacle

(suite…)

PMA / GPA

Réduire le père à sa fonction biologique, à une gouttelette de sperme : il fallait y penser ! Et cela au nom de l’Egalité. On a beau être de gauche et militer contre les discriminations bien réelles, rien ne nous oblige à lutter en plus contre des inégalités imaginaires. Dans l’inconscient tout est possible : faire un enfant avec qui l’on aime ou désire, indépendamment de la réalité sexuelle et des places généalogiques, ne pose pas plus de problème que de tuer quelqu’un que l’on n’aime pas. Pour autant, faut-il élever la logique de l’inconscient au rang d’une nouvelle légalité ?  Le désir d’enfant ne se discute pas, il est toujours légitime mais il demande avant tout à être reconnu, qu’il soit réalisable ou impossible à satisfaire par les voies physiologiques harmonisées au langage. Le langage fait Loi pour énoncer qu’un enfant dans tous les cas a, non pas un papa et une maman, mais un Père et une Mère. Décider a priori que légalement un tiers nécessaire à la procréation peut ne pas exister dans l’histoire qui sera racontée à l’enfant à venir, c’est se lancer dans une aventure expérimentale dont on est loin de maîtriser les effets.

(suite…)

Mon père est devenu une femme (?)

Auteur : MPB
date : mars 2013

Je reçois un appel téléphonique, une voix d’homme me demande un rendez vous pour Simon D….. un petit garçon de six ans. Nous convenons d’une date et nous nous disons à bientôt.

«Au revoir Monsieur », dis-je.

« Madame ! », me reprend impérieusement la voix.

A l’heure dite, j’ouvre la porte : un enfant donne la main à une personne imposante, blonde aux cheveux longs, son maquillage est discret, elle porte un manteau ouvert sur une minijupe découvrant de longues jambes chaussées d’escarpins à hauts talons ; Son tee shirt est décolleté sur une poitrine rebondie, mais la silhouette reste masculine, un grand malaise m’envahit.

(suite…)

Séminaire du 23 Mars 2013

Le séminaire débute sur la reprise du dernier avec l’articulation de la question de la perversion à l’incarnation : sous un régime totalitaire (se taire totalement !) qu’il soit nazi ou stalinien, les lois qui instaurent l’interdit de penser s’incarnent dans le corps du dictateur. Pour preuve l’embaumement des corps de dictateurs. On n’embaume jamais les démocrates ! Avec la conservation des corps de dictateurs, alors curieusement on se détourne du père passeur de la loi car, par lui, elle ne fait que transiter.
Il faut se méfier de celui qui se met en position d’incarner les loi et d’une façon générale des gouvernants : « Aime l’ouvrage, hais la fonction dirigeante, ne cherche pas à t’approcher du pouvoir », dit le Talmud. Il s’agit de mettre en garde le sujet de tout ce qui pourrait le détourner de son désir.
(suite…)

L’EXISTENCE, EST-ELLE UNE ÎLE ?
 – Éléments pour une clinique de la raison obscure –

Auteur : Eric Vigouroux

S’il est une vérité de la sociologie, elle consiste en ceci que les faits sociaux sont tous reliés entre eux, comme le soutenait Durkheim.

Alors, qu’y a-t-il de commun entre le mariage pour tous, la Procréation Médicale Assistée, la Grossesse Pour Autrui, la création d’embryons humains à des fins médicales et de recherche, le clonage, la crémation, l’euthanasie comprise comme suicide assisté, l’altération de la langue, la perversion de ce qui fonde la culture française depuis 1789, à savoir : le Droit ?.. Et bien d’autres choses encore que je n’ai pas le temps d’évoquer ici comme l’inscription généralisée dans l’imaginaire de « l’usager » en tant que figure archétypique sous laquelle toute subjectivité est enjointe à être subsumée ou l’enfouissement convenu de l’inconscient à l’époque contemporaine.

J’ajoute, ici, que chaque item m’apparaît comme le corrélat du précédent et, quoi qu’il s’en dise, me semble lié au suivant. Ce processus, pour moi, de façon structurale, reste noué avec le principe de la chaîne signifiante.

(suite…)

Propos de Michèle Montrelay sur l’égalité des droits et le mariage pour tous

27 novembre 2012, ce mail du secrétariat du Cercle Freudien : M. Montrelay nous propose de diffuser ce que lui inspire la pétition des psychanalystes « pour l’égalité des droits et le mariage pour tous. »

Chers collègues,
Votre pétition en faveur du « mariage pour tous » m’interpelle. Non pas qu’elle emporte mon adhésion, bien au contraire, mais justement il me semble urgent de soulever certaines questions régulièrement passées sous silence par les tenants du mariage pour tous.
(suite…)

(Se) (re-)tenir (par) les deux bouts : tâche désespérée, et pour autant, nécessaire…

Auteur : Luc Diaz faciebat

Le vendredi sept septembre deux mille douze, à l’hôtel Métropole de Montpellier, des membres, et quelques autres, d’au moins quatre associations d’analyse freudienne : l’insu, le cercle freudien, le mouvement du coût freudien, et les cartels constituant de l’analyse freudienne, se sont retrouvés, pour la troisième fois en un an, en une réunion toujours montpelliéraine, afin de poursuivre les mises en communs de leurs questionnements face aux réponses de plus en plus précises de l’État, quant à la psychanalyse, et désormais aussi face à celles de certaines autres associations d’analyse, qui ont, dors et déjà, mis en place leur propre offre de formation de psychothérapeutes.
(suite…)

Séminaire du 26 janvier 2013 – Traite de deux questions étroitement imbriquées : vérité et responsabilité.

En première partie, avec cette citation de Lacan : « Voilà la grande erreur de toujours, s’imaginer que les êtres disent toujours ce qu’ils pensent. » l’exposé va porter sur le rapport entre penser et dire.
Partant de ce constat : « on ne dit pas ce qu’on pense, on ne pense pas ce qu’on dit », J.P. Winter va différencier le discours analytique d’autres formes de discours, qu’ils soient sociologique ou politique et va le rapprocher d’un discours philosophique, en particulier de celui de philosophes dits « de la liberté » tels Hanna Arendt (1) et Kant.
Au fond, ce qui est en jeu dans ce rapport du penser au dire, c’est la question de la responsabilité de nos actes liée, dans l’analyse, à la prise en compte de l’inconscient.
(suite…)

Séminaire du 15 décembre 2012

Le séminaire s’est ouvert sur le rappel de la conclusion du dernier (1), à savoir sur les deux façons de parler de Dieu : Le Dieu de Moïse qui libérant son peuple de l’esclavage témoigne de sa présence et le Dieu du Coran, créateur et recréateur (donc destructeur) qui, lui, est pure spéculation, pure croyance.
(suite…)

Autisme: un député UMP veut interdire l’accompagnement psychanalytique

Le député UMP Daniel Fasquelle va déposer vendredi sur le bureau de l’Assemblée une proposition de loi visant à interdire l’accompagnement psychanalytique des personnes autistes au profit de méthodes éducatives et comportementales, a-t-il indiqué à l’AFP.
« Pour aider ces personnes à s’en sortir, la France ne peut plus continuer à cautionner et financer les pratiques de type psychanalytique dans le traitement de l’autisme », affirme le député, qui cite le chiffre d’un enfant sur 100 en France affecté par des « troubles du spectre autistique ».
On estime qu’il y a en France plus de 400.000 personnes atteintes de syndrome autistique au sens large, selon la Haute autorité de santé (HAS). L’autisme a été désigné « grande cause nationale » 2012.
(suite…)

L’autisme, grande cause nationale ?

L’autisme a reçu le label « Grande cause nationale 2012 ». L’exposition médiatique de ce sujet va s’intensifier, un groupe de travail s’est formé à l’Assemblée Nationale dont les premières rencontres parlementaires débutent jeudi.

Comment ne pas se réjouir de l’intérêt porté à l’autisme face aux insuffisances actuelles de la prise en charge thérapeutique, éducative et pédagogique et des possibilités professionnelles proposée à ces patients (adultes et enfants) ? Cependant, l’aspect polémique et orienté des discours offerts au grand public empêche d’ores et déjà d’être optimiste sur l’issue de ce travail parlementaire.
En effet, on nous donne à entendre: (suite…)

Journées de Septembre 2011 du MCF

Cette année 2011 nos rencontres montpelliéraines ont pris un tour particulier réunissant 4 associations autour des questions soulevées par la nouvelle réglementation du titre de psychothérapeute.

Le Mouvement du Coût Freudien, Cercle Freudien, l’Insu et les Cartels Constituants de l’Analyse Freudienne ont interrogé les conséquences possibles et/ou probables de la réglementation du titre de psychothérapeute sur la place et la pratique de la psychanalyse.

Certains textes ont soutenu notre réflexion :
– « Quelques remarques sur la réglementation de la pratique des psychothérapies » d’A. Maître qui était présent à ces journées. Ce texte est accessible : ici
– « Le manifeste pour la psychanalyse », de S. Aouillé, P. Bruno, F. Chaumon, M. Plon et E. Porge.
« Manifesto per la difesa della psicanalisi » sur la situation en Italie.

Les interventions d’Olivier Grignon ( texte est accessible : ici) et d’autres ainsi qu’un compte rendu de Luc Diaz (CCAF) vous donneront un aperçu de ces journées (suite…)

Intervention au Hameau de l’Étoile d’O. Grignon

Voilà ce que disait Freud en 1932, c’est-à-dire bien après qu’il ait été confronté à la réaction thérapeutique négative et à la pulsion de mort : « Comparée aux autres procédés thérapeutiques, la psychanalyse est, sans aucun doute, le plus puissant. Et c’est justice, car elle est aussi celui qui exige le plus de peine et de temps. » Il dit aussi : « Ne vous attendez pas maintenant à entendre l’heureuse nouvelle que le combat pour la psychanalyse est terminé et qu’il s’est conclu par sa reconnaissance en tant que science, son admission comme matière d’enseignement à l’Université. Il n’en est rien, le combat se poursuit… simplement sous des formes plus civilisées. » Comme vous le voyez, les formes changent mais le combat est incessant. (suite…)

Quelques remarques sur la réglementation de la pratique des psychothérapies

L’usage du titre de psychothérapeute est maintenant régi par le décret paru au J.O. du 22 mai 2010. Il ne s’agit pas seulement d’un titre qu’on exhibera à côté d’une qualification professionnelle actuel-lement en usage, mais d’une nouvelle profession qui coexistera dans le champ de l’offre d’écoute et (ou) de soins avec celles des psychiatres, des psychologues et des psychanalystes. Cette nouvelle profession a été voulue et imposée par le pouvoir politique. Il importe que nous prenions la mesure de cet acte, de ses incidences sur la pratique et la transmission de la psychanalyse. Il se peut, par ailleurs, que des psychanalystes ne puissent travailler en institutions médico-sociales que sous ce titre. Cette situation devrait amener les associations de psychanalystes à penser leur place et leur fonction à l’égard du pouvoir politique et de la Cité en produisant un discours susceptible de faire entendre la singularité de l’acte analytique. (suite…)

Mouvement du Coût freudien est une association loi 1901 | Tous droits réservés | http://www.mouvement-cout-freudien.com